2012

Sur fond de fin du monde et de crise sociétale, Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, et Jack Lang ont donné le coup d’envoi du cortège en compagnie de Bruno Julliard, adjoint au Maire de Paris en charge de la Culture, Jean-Michel Jarre et Agoria, artiste parrain de la parade. Les élus invités ont découvert un événement qui a toute sa place dans la sphère culturelle et qui peut même, selon la ministre, « être un remède anti-crise » (source : AFP). La charte du DJ, que Technopol a rendue publique en présence des principaux syndicats d’artiste, sera soutenue par le ministère. Le départ fut donné sur le char Moroko Loko, qui représentait le Maroc, pays invité d’honneur.

Cette 14ème édition se distingue par sa variété de styles, sa qualité artistique et son renew’all. La programmation du char Haribo a réuni les artistes électro et dubstep Agoria, Costello, Mectoob, Bambounou et DJ Gero, sans oublier le DJ issu du concours Mixcloud.com, Steve Hurckle. Cette association musicale incarne le renouveau voulu par Technopol : un zeste d’underground dans un événement populaire. Moroko Loko, en tête de cortège, a fait briller la deep house sur le pavé parisien. Dark Dog, pour sa septième participation, a déployé un line-up d’artistes techno européens avec DJ Tonio et Secret Cinema. Les chars du Loft / NRJ, FG / BPM Contest et Reepublic ont soulevé les foules avec enthousiasme. Le quintet de DJs Reepublic a choisi la parade pour se présenter au public en exclusivité. Le label Audiogenic a incontestablement produit le char le plus réussi de la parade par sa décoration réalisée par Artof Popof & Stew et des artistes hardcore, dont notamment Lenny Dee (New York) ! L’IESA, la seule école présente, imagina une décoration sur le thème de Jackson Pollock.

La Techno Parade s’est « festivalisée » : une programmation artistique et pédagogique a attiré plus de 1500 personnes dans les rendez-vous de la Semaine Culturelle et 6000 entrées aux deux soirées officielles. Le Centre Georges Pompidou et le CDA95 ont fait salle comble avec « Frontières », le concert création initié par Technopol d’Arnaud Rebotini, Christian Zanesi et Zita Cochet. Le Marché des Disquaires Physiques  a été pris d’assaut par les chineurs, démontrant que le vinyle a encore de beaux jours devant lui. Les soirées officielles ont pris le nom de Renew. Le dubstep a fait salle comble à la Grande Halle de la Villette, le succès de cette esthétique issue de la scène londonienne est véritable. Renew est la plus grande soirée dubstep organisée à Paris à ce jour. Renew Showcase brilla des sets d’Agoria et d’artistes aussi éminents que Dave Clarke, Joris Voorn ou Nina Kravitz.