ITW de Francois Delot, premier directeur de production de la Techno Parade

15 juillet 2013

Tout premier directeur de production de la Techno Parade, Francois Delot revient sur l’édition de 1998.

Que signifie la Techno Parade pour vous ?

Pour moi, la Techno Parade est l’événement à l’origine de la fédération des acteurs d’un style musical. Cependant en 1998, ce style était largement incompris, voire décrié.

Premier directeur de production de la Techno Parade, quel souvenir gardez-vous de votre expérience ?

Au début, un énorme travail de communication avec la préfecture et ensuite, le souvenir des jeunes profondément heureux devant la scène installée place de la Nation.

Quels étaient les enjeux pour un premier directeur de production en 1998 ?

Tout d’abord, il fallait faire accepter aux autorités l’existence de cette mouvance musicale sans qu’ils aient de préjugés. Puis, réussir à fédérer un milieu techno très fébrile dont la production fut laissé au « vieux rocker » que j’étais. L’enjeu était de taille car je me devais de les représenter dignement pour la première édition de cette « Manifestation » musicale.

15 ans après, comment a évolué la parade selon vous ?

Pour rester honnête, j’aurais préféré voir la Techno Parade évoluer avec plus de créativité dans la décoration des chars.

Pour vous, comment était perçu le phénomène « Techno » en 1998 ? Comment la musique électronique a évolué depuis la création de la parade ?

Comme je l’ai dit, en 98 la techno était associée à une musique de « sauvages » (comme le rock en 1950 J ). En 2013, ce style musical fait l’objet de nombreux rassemblements festifs, de bandes originales de films, de spots de pub et de bandes sons des défilés de mode des plus grands créateurs. Il est d’autre part notable que la scène Française est plus que reconnue dans le monde entier.

Quelles sont vos activités depuis votre expérience à la Techno Parade ?

Après une dizaine d’années à produire des événements musicales et sportifs, je fais parti à présent d’une équipe de directeurs technique et régisseurs généraux qui gère le Grand Palais de Paris, la Cité de la Mode et du Design quai d’Austerlitz ainsi qu’une dizaine d’autres lieux sur Paris.

Interview réalisée par Alban Saint-Joigny.