La Techno Parade 2016 revient le 24 septembre

14 septembre 2016

La Techno Parade investit de nouveau les rues parisiennes samedi 24 septembre avec la volonté pour sa 18ème édition de remettre au centre de la manifestation le militantisme qui l’a fait naître, toujours dans un esprit festif. Dès 12h et jusqu’à 19h, dix chars bariolés vont faire danser quelques milliers d’amateurs de musiques électroniques. La Techno Parade va bénéficier cette année d’un décor exceptionnel et longer pour la première fois les Quais de Seine en démarrant au Louvre pour emmener le public jusqu’à la Place de la Bastille.

LES CHARS DE LA TECHNO PARADE 2016

La plus grande fête des musiques électroniques revient avec une dizaine de chars prêts à faire résonner dans Paris TOUTES les musiques électroniques pour le grand plaisir du public.

Rappelons que les musiques électroniques ne sont pas un genre à part entière qui se résumerait par le terme “électro”. La Techno Parade est aussi là pour promouvoir la diversité des genres et des cultures au sein des musiques électroniques. House, techno, hardcore, bass music… autant de genres avec leurs propres histoires et leurs propres acteurs.

On découvrira notamment le festival hollandais de musiques hardcore Hardshock qui rejoint pour la première fois le défilé. Le public pourra danser avec quelques-uns des DJs emblématiques de cette scène florissante, avec Amada, Igneon System, Ophidian, Promo, Ruffneck et The DJ Producer.

La Bretagne sera présente pour cette 18ème édition de la Techno Parade. Venus de l’Ouest avec leurs sons house, electro, progressive, techno, trance, acid et hard techno, les artistes du Char Breton, à savoir Bob Maxwell, Ganez The Terrible, Lisa Moon, Morgasm et Rammah, sont prêts à faire danser tout Paris.

Le char des bonbons piquants HARIBO P!K accueillera 3 DJs référents dans le milieu de la musique électro en partenariat avec Soonvibes : Michael Canitrot,Quentin Mosimann et Antoine Delvig. Naomie K, révélation NRJ extravadance, reviendra également mettre l’ambiance.

Après le succès du char l’an dernier et l’ambiance sans précédent qui y régnait, Festimove remet le couvert cette année avec un char OVNI et un plateau hard-dance composé de nombreux DJs internationaux, présents dans les plus grands festivals hollandais.

À l’occasion des 18 ans de la Techno Parade, le char Back to Basics de l’école de commerce PSB Paris School of Business a décidé de retourner aux fondamentaux de la musique électronique. Vous l’aurez compris, le char sonnera funky house et techno !

Le char NRJ/SAM défilera également dans la capitale aux sons des DJs résidents de l’émission NRJ EXTRAVADANCE. Jay Style, DJ Oriska, Morgan Nagoya et aussi les DJs superstars Antoine Clamaran, Nils Van Zandt et Sound of Legend seront de la partie.

Enfin, le char Sound Of Carthage x We Are Tunisia mettra en avant la scène électronique tunisienne.

Tous les chars : Festimove – Back To Basics – Le Navire – Haribo – Le Char Breton – Hardshock – Sound Of Carthage X We Are Tunisia – Philippe Postaire – NRJ / Sam – Advanced Mix.

LES REVENDICATIONS DE LA TECHNO PARADE 2016

Dans un contexte politique et sociétal difficile, la première revendication de la Techno Parade est évidemment de revendiquer le droit à la liberté d’expression et à faire la fête dans de bonnes conditions. Rien ni personne ne peut empêcher un peuple de danser !

Si on est assez loin de la répression et de la stigmatisation des années 1990, le cadre légal et administratif qui entoure les cultures électroniques souffre encore de défaillances qui compliquent et fragilisent l’activité des organisateurs d’évènements, des labels et même des artistes.

La Techno Parade, en tant que vitrine des acteurs des musiques électroniques, est l’opportunité médiatique de pointer du doigt les incohérences dont les professionnels pâtissent.
Ainsi, trois axes de revendications sont privilégiés cette année :

– Une meilleure répartition des droits d’auteurs pour les artistes électroniques. Aujourd’hui, peu ou pas de droits d’auteurs sont reversés aux artistes électroniques, du fait notamment d’un système ne prenant pas en compte la dimension d’improvisation inhérente à ces musiques. Comment un artiste électro peut-il remplir une déclaration SACEM des titres qu’il va interpréter quand celui-ci ne les connaît pas encore ?

– L’abrogation des quotas de chansons francophones à la radio. En effet, ces derniers sont un frein à la diffusion de musiques électroniques à la radio en raison de l’absence même de paroles dans la composition. Ironiquement, cette loi rend même impossible la création d’une radio dédiée exclusivement à la musique électronique française.

– La lutte contre les interdictions injustifiées d’évènements électroniques. Aujourd’hui encore, des évènements organisés en toute légalité se voient annulés à la dernière minute alors que les dossiers présentés aux préfectures et mairies sont conformes aux législations en vigueur.